ARTE L'Europe solidaire mobilisée contre la crise. Avec
ARTE Journal, partagez vos alternatives.

« Se servir des monnaies citoyennes comme d’un bulletin de vote »

par admin, le 23 octobre 2012, dans Eco-social, 3 commentaires
sol-violette

Coup de projecteur sur les monnaies complémentaires et locales SOL et SOL-Violette Toulouse. Entretien avec Frédéric Bosqué, Délégué général du mouvement SOL, initié en 2002 notamment par Patrick Viveret, sociologue et ancien conseiller à la Cour des Comptes. Frédéric Bosqué est aussi coordinateur du Sol-Violette à  Toulouse. Cofondateur du réseau Katao et de plusieurs groupes prônant l’instauration d’un revenu d’existence, il est également le gérant d’une entreprise coopérative en Tarn-et –Garonne. Son dernier ouvrage « Alternatives Humanistes, ensemble vers l’Autonomie. » est paru en 2011, aux Editions (R)évolution.  Interview Claire Stephan pour Génération Solidarité.

Le SOL a été expérimenté pendant 3 ans dans trois régions en partenariat avec l’Europe et des entreprises de l’économie sociale et solidaire. Ce système de paiement, à l’origine par carte, a été réadapté avant de s’étendre à plusieurs régions françaises…

This text will be replaced

Frédéric Bosqué, délégué général du Mouvement Sol et coordinateur du Sol-Violette à Toulouse : Bien que l’unité de compte soit tout à fait opportune, il est apparu que la mécanique qui avait été mise en place était beaucoup trop complexe et trop éloignée des territoires. Et le principe de carte à puce qui avait été choisi, et avec lequel on pouvait gagner des points de fidélité sur tout le territoire n’a pas fonctionné. Finalement, on a décidé de repartir sur une monnaie beaucoup plus proche des territoires, une monnaie permettant de se rapprocher au plus près des intérêts des citoyens.

Que voulez-vous dire par «une monnaie plus proche des territoires » ?

This text will be replaced

Nous sommes passés de la carte de fidélité qui permettait d’avoir des points chez les partenaires du SOL à une monnaie complémentaire sous forme de coupons-billets, qui circulent entre les acteurs agréés d’un réseau, tous respectueux de la nature et de l’humain. Ces coupons-billets ne peuvent circuler que dans un territoire donné, comme le SOL Violette à Toulouse et dans son agglomération, le SOL Chti autour de Lille, ou le SOL Gavroche autour de Paris.

Comment fonctionne concrètement le SOL Violette à Toulouse ?

This text will be replaced

C’est très simple. Il suffit d’amener ses euros dans une banque agréée par notre réseau. Contre ces euros, vous allez recevoir des coupons billets qui vont servir à payer dans les commerces agréés par le réseau et qui sont respectueux de l’homme et de la nature. Et d’autre part, on va gagner 5% de pouvoir d’achat supplémentaire. Contre 100 euros, la banque reverse 105 SOL. Cela permet d’augmenter le pouvoir d’achat des gens et de découvrir le réseau de l’économie social et solidaire. Quant à l’épargne placée sur des comptes, elle sert à octroyer des microcrédits à des personnes qui connaissent des difficultés financières. Elle sert aussi à investir dans le capital d’entreprises respectueuses des hommes et de la nature.

Est-ce une monnaie sociale ou solidaire ? Comment la définissez-vous ?

This text will be replaced

Personnellement, je parlerais de monnaie citoyenne. C’est une monnaie qui comptabilise ce qui a de la valeur pour nous. Et ce qui a de la valeur pour nous, ce sont les produits et les services respectueux des humains et de la nature. Se servir de cette monnaie citoyenne, c’est comme se servir d’un bulletin de vote. On va orienter les flux financiers vers les produits, les services et les acteurs de l’économie qui respectent les humains et la nature et qui partagent nos valeurs. On peut retenir que les monnaies citoyennes sont des monnaies dont on se sert comme d’un bulletin de vote.

En quoi la monnaie SOL permet-elle de faire face à la crise ?

This text will be replaced

La monnaie SOL possède cinq points forts qui en font une monnaie capable de faire face à crise. Le premier point, le plus important, c’est la relocalisation des transactions en monnaie. Aujourd’hui, 98% des transactions se font sur les marchés financiers, alors que quand on transforme des euros en SOL, on sait que la monnaie va être utilisée sur un territoire donné et va circuler entre acteurs qui respectent l’homme et la nature. Le deuxième point, c’est la relocalisation de l’épargne. L’épargne déposée sur un compte éthique va ensuite être relocalisée et investie dans des entreprises respectueuses de l’homme et de la nature. L’épargne permet aussi de faire du microcrédit et d’aider des personnes en situation d’exclusion financière. La troisième force de ces monnaies complémentaires et locales, c’est qu’on ne peut pas les thésauriser. Si vous n’utilisez pas vos SOL dans les trois mois, il faudra vous acquitter d’une petite taxe. Du coup on ne peut pas thésauriser les SOL, c’est une véritable monnaie de circulation. Du fait de cette petite taxe, les gens ont tendance à la faire circuler plus vite. Finalement, on combat la rareté de la monnaie dans l’économie réelle par une circulation plus rapide de la monnaie entre les acteurs. La quatrième force des monnaies complémentaires et sociales, c’est qu’elles servent exclusivement à acheter des produits et des services respectueux de la nature et des humains. Et donc on convertit notre PIB noir en PIB vert, et on s’assure que la production génère des emplois locaux. Enfin, dernière force du SOL, c’est la relocalisation de la gouvernance de la monnaie. La monnaie est gérée par un comité local d’agrément composé de toutes les parties prenantes de l’économie locale, à savoir, les acheteurs, les vendeurs, les partenaires financiers, les collectivités territoriales. La gouvernance est locale et ne se fait pas à Bruxelles ou sur les marchés financiers.

Pour en savoir plus :

- Les monnaies solidaires et sociales

- Regiogeld – le réseau des monnaies locales en Allemagne

- Le revenu de base comme reconnaissance du partage, interview de Stanislas Jourdan

- Le revenu de base comme solution à la crise ? interview de Marc de Basquiat

- Intervention vidéo Frédéric Bosqué sur les alternatives humanistes (coopératives – circuits courts – monnaies citoyennes et revenu d’existence)

- Le site de Frédéric Bosqué

- Le site du réseau SOL

- Le site du Sol-violette

- Le film sur l’histoire du Sol-violette

- Les monnaies complémentaires locales une nouvelle réponse de la société (Blog Médipart.fr)

- Echanger en monnaie complémentaire par Frédéric Bosqué

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE