ARTE L'Europe solidaire mobilisée contre la crise. Avec
ARTE Journal, partagez vos alternatives.
Eco-social

Pour la dignité des femmes

par Maya Wendling - France

L’association "Joséphine, pour la beauté des femmes" réconcilie les femmes démunies avec leur image.

This text will be replaced
Lucia Iraci - Crédit photo Didier Pazery

L’association Joséphine, pour la beauté des femmes a été fondée par Lucia Iraci. Pendant 20 ans elle a coiffé de nombreux mannequins pour les plus grands photographes. « Certaines arrivaient tristes et perdues dans leurs pensées. Une fois coiffées et maquillées, leur regard s’illuminait. » En 2006, Lucia Iraci décide de mettre son talent au service des femmes qui n’ont pas été épargnées par la vie, pour les aider à retrouver leur dignité.

Le premier Salon Social Joséphine a ouvert ses portes le 8 mars 2011, dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris. L’objectif est de permettre aux femmes démunies, en rupture, de reprendre confiance en elles. En plus de la mise en beauté, elles bénéficient d’un accompagnement global pour faciliter leur recherche d’emploi ou leur réinsertion sociale.

Le Salon pratique des tarifs symboliques. Un forfait « coupe, couleur et maquillage » coûte 3 euros. Toute prestation supplémentaire, comme des soins du corps, la manucure ou le maquillage coûte 1 euro de plus.

Les clientes peuvent participer à divers ateliers : prévention en gynécologie, cours de yoga, simulation d’entretiens d’embauche, conseil en image. Une permanence juridique est également à leur disposition pour les accompagner dans leurs démarches administratives. Grâce au vestiaire Joséphine, ces femmes ont aussi la possibilité d’emprunter des vêtements pour un entretien d’embauche ou toute autre occasion. Plus qu’un salon de beauté, Joséphine est un lieu de partage et de solidarité.

- « Rendre l’estime aux femmes qui n’ont pas été gâtées par la vie », interview de Lucia Iraci, Fondatrice de Joséphine
Pour faire un don à Joséphine, rendez-vous sur Mailforgood

Les clientes Joséphine après une journée passée au salon à Paris. Les sourires parlent d’eux-mêmes :

1 Commentaire

  1. brigitte comard 19 octobre à 21 h 49

    bravo. Et fraternité.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE